Tuesday, March 27, 2007

Adora


(Astazi e ziua de nastere a celei pe care, in povestirea de mai jos, „Cum am agatat cea mai frumoasa femeie din lume“, am numit-o Adora. In realitate, numele ei suna nitel altfel. La multi ani, draga Adora, oriunde te-ai afla si cu oricine te-ai iubi!)

ADORA

Miinile mele au albit de atita asteptare si din buricele degetelor a inceput sa-mi curga lapte. Ieri-noapte m-am visat statuie de argint intr-un parc nesfirsit din Bucuresti, plin de lume si de masti ingrozitoare. Indragostitii, nu stiu cum se facea, clonau saruturi ajunse pe buza prapastiei, isi fecundau sentimentele cu miscari tandre, isi jurau credinta unul altuia ca niste Dumnezei mici si naivi. Eu stateam nemiscata si ii priveam nedumerita, cind se apropiau de mine trebuia sa-mi tin respiratia undeva deoparte pentru ca ei sa nu-si dea seama. E ingrozitor sa fii statuie, condamnata la singuratate lucie, la voyeurism si la multe alte comportamente onirice aberante.

Miinile mele au albit de atita asteptare, insa amprentele mele iti recompun chipul in crochiuri grabite, este suficient sa-mi privesc nebunele linii chiromantioase pentru a te descoperi si a te recunoaste. Asteptarea modeleaza identitati, amprentele mele iti litografiaza chipul in sepia, iti fac portretul in rosu si negru, ce noroc sa ai amprente cu talent la desen, ce binecuvintare sa am chipul tau imprimat pe toate degetele, sa imi privesc palmele si sa te vad cum ma privesti deodata cu toti ochii tai nenumarati. Insa miinile mele – tu stii prea bine – au albit de atita asteptare.

ADORA

Mes mains ont blanchi d’avoir tant attendu et du bout de mes doigts du lait a commencé à couler. La nuit dernière j’ai rêvé que j’étais une statue d’argent dans un parc infini de Bucarest, plein de monde et de masques épouvantables. Les amoureux, je ne sais pas comment, clonaient des baisers arrivés au bord de l’abîme, fécondaient leurs sentiments avec des mouvements tendres, se juraient foi l’un à l’autre, comme des petits dieux naïfs. Moi, je restais immobile et je les regardais étonnée et lorsqu’ils s’approchaient de moi je devais retenir ma respiration quelque part à l’écart, pour qu’ils ne se rendent pas compte. C’est terrible être une statue, condamnée à extrême solitude, au voyeurisme et à beaucoup d’autres comportements oniriques aberrants.

Mes mains ont blanchi d’avoir tant attendu, cependant mes empreintes recomposent ton visage dans des croquis précipités, il suffit que je regarde mes folles lignes chiromantiques pour te découvrir et te reconnaître. L’attente modèle des identités, mes empreintes lithographient ton visage en sépia et font ton portrait en rouge et noir, quelle chance d’avoir des empreintes avec du talent pour le dessin, quelle bénédiction d’avoir ton visage imprimé sur tous mes doigts, de regarder mes paumes et te voir me regarder tout d’un coup avec tes innombrables yeux. Cependant mes mains – tu le sais très bien – ont blanchi d’avoir tant attendu.

(In franceza, prin bunavointa Valentinei Butoescu. Hazardul a facut sa primesc astazi de la Valentina traducerea in franceza a poemului, fara ca Valentina sa aiba habar ca astazi e ziua de nastere a Adorei.)

No comments: